Comunicat n°4 : Luttons contre l’etnocide occitan. (Òc/Fr)

La reiautat mes sustot la Republica qu’a cercat e que cèrca enqüèra uei a destrusir las nacions autoctònas deu son territòri. En efèit l’Estat « nacion » francés, invencion recenta, non pòt pas existir que per ua unificacion linguistica totau. Lo francés qu’ei lo pielar centrau deu mite de l’Estat-nacion francés post 1789. Aqueth que’s basa sus ua concentracion deu poder en las mans de la borguesia parisiana francofòna. N’ei pas lo pseudo pacte republican qui hè tiéner l’edifici d’aqueth estat « nacion » mes la dominacion shens condicion de la lenga francesa e de la borguesia suus pòples de l’Exagòn.

En aquera politica nosauts los occitans, en pr’amor de l’aire linguistico-culturau nosta (1/3 de l’Exagòn) e per lo noste nombre (1/4 de la populacion) qu’èm particularament ciblats per aquera destruccion. Un pòple qui tien a la soa lenga, la soa cultura, la soa istòria, etc… que tien la clau qui’u desliurerà, en pr’amor d’aquò la luta entà’ns har desaparéisher en assimilà’ns ad aqueth monstre aculturat qui ei l’Estat francés.

Que’ns accusan de descorar los fondaments de l’Estat republican dab la defensa de la nosta lenga, mentre qu’aqueth Estat s’ei bastit sus l’anexion, enter autas causas, de la nosta tèrra !

Mes alavetz quin podem definir la politica contra los occitans qui a per tòca de ns’assimilar a la « nation française » ?

Un etnocide, qu’ei la destruccion de l’identitat culturau d’un grop, shens necessitat de destrusir fisicament aqueth grop (genocide) e shens emplegar la violéncia fisica contre eth. Un etnocide que pòt estar la consequéncia d’un cambiament economic o sociau progressiu o d’ua politica d’Estat. En lo noste cas qu’ei ua politica pensada, planificada, organizada per l’Estat francés : que patim clarament d’un etnocide.

Que cau 40% de mainats escolarizats en ua classa d’atge entà sauvar ua lenga, en Occitània la proporcion de mainats escolarizats que deu estar a l’entorn de un per cent. Que i a sonque 8 000 mainats escolarizats en occitan (bilingue e imersiu). Qu’avem avut l’aunor augan d’aver dus pòstes au CAPES e de’ns perder l’agregacion… De mei, la supression deus CAE (emplecs ajudats) qu’an hicat en gran dificultats las Calandretas.

La lenga occitana qu’ei la sola lenga d’Euròpa de plus d’un million de locutors qui n’a pas ni cadea de TV ni tanpòc ràdios publicas.

N’ei pas mesprés per las nostas lengas mes ua politica volontaria de destruccion culturau de la comunautat linguistica occitana. Dinc a la debuta deu sègle XXau, aquera comunautat linguistica que cobriva la quasi totalitat deu noste pòple. Uei que’s resudeish hèra, los locutors que son majoritariament personas atjadas.  Qu’avem donc coneishut ua denacionalizacion au sègle XXau. Be cau compréner que suffeish qu’ua sola generacion ne transmeti pas la lenga entà que desaparesca. N’ei pas per « amor » com quauques uns ac disen que los pairs n’an pas transmetut la lenga aus mainats (pr’amor que volèvan que los dròlles s’i escadessen en la vita, lo francés estant presentada com LA lenga de l’ascension sociau) mes plan deu hèit d’aquera politica d’etnocide. Aquera politica que passa per la repression mes tanben per lo biais ideologic : se las autoritats ensenhan que per « escader-s’i » que cau parlar francés, que la lenga n’ei pas ua lenga mes un « patoés » o francés mau parlat o ua lenga entà parlar aus animaus, la persona e lo pòple haràn loa aqueras affirmacions. Brembem que las autoritats francesas qu’an tostemps escriut los nostes noms de familha, de lòc, de vila, en francisant-los. Los noms de carrèra de nostas ciutats que son invadits de « Grands Hommes français » qui n’an per la màger part d’eth nada relacion dab la nosta Istòria.

En hornir a tot aquò l’ideologia deus « Lumières » e deu francés com lenga universau de la libertat, qu’arrivam a ua capa de plom hèra mauaisida a combàter per las massas popularas qui n’an pas d’abans-guarda nacionau.

Mes tot aquò n’estó possible que pr’amor qu’avem perdut lo noste poder politic au parat de l’invasion francesa.

Qu’ei donc per lo camin politic, en combattant l’imperialisme francés e la soa dominacion  economica, ideologica e culturau que poderam trobà’ns e bastir un futur digne. Çò qui sauverà la lenga qu’ei l’occitanisme politic, qu’ei a diser un moviment politic de rompaduras dab tot çò qui ei hèit per l’Estat francés.

Que devem uei opposà’ns a la finalizacion deu noste etnocide. En purmèr, qu’ei important d’emplegar los tèrmes qui cau : emplegar lo mot etnocide qu’ei donc d’ua importança de las bèras entà muishar lo caractèr politic e volontari de la politica linguistica miada contre nosauts.

La destruccion de las identitats culturaus de las nacions periferizadas de l’Estat francés qu’ei un crimi, los politics francés parisians o locaus son los organizators e los relais d’aquera politica.

Lo pòple occitan ne’s deisherà pas har. Qu’assistim uei a un tornar de la consciéncia e a ua renavida. Lo pòple occitan que’s mobiliza dab mei anar mei d’iniciativas entà s’apoderar la lenga, la cultura e l’Istòria. L’ODPO que luta activament entà la ré-occitanizacion deu pòple occitan e entà que justicia sia hèita.

 

Luttons contre l’ethnocide occitan.

 

La royauté mais surtout la République a cherché et cherche encore aujourd’hui à détruire les nations autochtones de son territoire. En effet l’état « nation » français, invention récente, ne peut exister que par une unification linguistique implacable. Le français est le pilier central du mythe de l’état « nation » français post 1789. Ce dernier est basé sur une concentration du pouvoir dans les mains de la bourgeoisie parisienne francophone. Ce n’est pas le pseudo pacte républicain qui fait tenir l’édifice de cet état « nation » mais bien la domination sans condition de la langue française et de la bourgeoisie française sur les peuples de l’hexagone.

Dans cette politique nous autres occitans, de par la taille de notre aire linguistico-culturelle (1/3 de l’hexagone) et par notre nombre (un quart de la population) sommes particulièrement visés par cette destruction. Un peuple qui tient sa langue, sa culture, son histoire, etc tient la clé qui le délivrera, d’où la lutte implacable pour nous faire disparaître en nous assimilant à ce monstre acculturé qu’est l’état « nation » français.

On nous accuse de saper les fondements de l’état républicain avec la défense de notre langue, alors que cet état s’est construit sur l’annexion, entre autres, de notre terre !

Mais alors comment pouvons nous définir la politique envers les occitans visant à nous assimiler dans la « nation française » ?

Un ethnocide, c’est la destruction de l’identité culturelle d’un groupe, sans nécessairement détruire physiquement ce groupe (génocide) et sans forcément user de violence physique contre lui. Un ethnocide peut être la conséquence d’un changement économique ou social progressif ou d’une politique d’État. Dans notre cas c’est bien une politique pensée, planifiée, organisée par l’État français : nous subissons clairement un ethnocide.

Il faut 40% d’enfants scolarisés dans une classe d’âge pour sauver une langue, en Occitània la proportion d’enfants scolarisés doit être de l’ordre d’un pour cent. Il y a seulement 8000 enfants scolarisés en occitan (bilingue et immersif). Nous avons eu l’honneur suprême cette année d’avoir deux postes au CAPES d’occitan et la suppression de l’agrégation… La suppression des CAE (emplois aidés) ont mis en grande difficulté les Calandretas.

La langue occitane est la seule langue d’Europe de plus d’un million de locuteurs qui n’a ni chaîne de tv, ni radios publiques.

Ce n’est pas du mépris pour nos langues mais une POLITIQUE volontaire de destruction culturelle de la communauté linguistique occitane. Jusqu’au au début du XXe siècle cette communauté linguistique couvrait la quasi totalité de notre peuple. Aujourd’hui elle s’est réduite drastiquement, les locuteurs sont majoritairement des personnes âgées. Nous avons donc connue une dénationalisation lors du XXe siècle. Il faut bien comprendre qu’il suffit qu’une seule génération ne transmette pas la langue pour qu’elle disparaisse. Ce n’est pas par « amour » comme certains le disent que les parents n’ont pas transmis la langue à leurs enfants (dans le sens ou ils voulaient que leurs enfants puissent réussir leur vie, le français étant la langue de l’ascension sociale) mais bien du fait de cette politique d’ethnocide. Cette politique passe par la répression mais aussi par le biais idéologique, si les autorités enseignent que pour « t’en sortir » il faut parler français, que ta langue n’est pas une langue mais un « patois », ou du français mal parlé, ou une langue pour parler au animaux, la personne et le peuple fera sienne ces affirmations. Rappelons de plus que les autorités françaises ont toujours écrit nos noms de familles, de lieux, de villes, en les francisants. Les noms de rue de nos villes et villages sont envahis des « grands hommes français » qui n’ont pour la plupart rien à voir avec notre histoire.

En ajoutant à cela toute l’idéologie des Lumières et du français comme langue universelle de la liberté, nous arrivons à une chape de plomb extrêmement difficile à combattre pour des masses populaires dépourvue historiquement d’avant-garde nationale.

Mais tout ceci, rappelons le, n’a été possible que parce que nous avons perdu notre pouvoir politique lors de l’invasion française.

C’est donc bien par le chemin politique, en combattant l’impérialisme français et sa domination économique, idéologique et culturelle que nous pourrons nous retrouver et construire un futur digne. Ce qui sauvera la langue c’est l’occitanisme politique, c’est à dire un mouvement politique de rupture avec tout ce qui fait l’État français.

Nous devons dès aujourd’hui nous opposer par tous les moyens à la finalisation de notre ethnocide. En premier lieu il est important d’utiliser les termes adéquats, utiliser le terme ethnocide est donc d’une extrême importance pour démontrer le caractère politique et volontaire de la politique linguistique menée à notre égard.

La destruction des identités culturelles des nations périphérisées de l’état français est un crime odieux, les politiques français parisiens ou locaux sont les organisateurs et les relais de cette politique.

Le peuple occitan ne se laissera pas faire. Nous assistons aujourd’hui à un regain de conscience et à un renouveau. Le peuple occitan se mobilise avec de plus en plus d’initiatives pour se réapproprier sa langue, sa culture et son histoire. L’ODPO, dans cet ensemble, lutte activement pour la ré-occitanisation du peuple occitan et pour que justice soit faîte.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :