Comunicat n°6 : Kanaky e Occitània : autodeterminacion! (Òc/Fr)

Dus tèxts legits au cors deis acamps en sostèns a l’independéncia de Kanaky – Deux textes pendant les rassemblements en soutien à l’indépendance de Kanaky:

Vaquí tres questions per mostrar l’entrepresa de desnacionalisacion e d’alienacion que coneis nòstre pòple. Fa 100 ans, auriái pogut dire aquèu discors en Occitan e cadun auriá comprés, originari d’aquí o d’autra part. Fa 100 ans tótei parlavan occitan.

Aquò es pas una escasença de l’istòria o un bug mai la resulta de dos causas. La primièra es la conquista politica-militara de l’Occitània per lei Franceses au moment de la crosada fa 800 ans. Conquista que permetèt de bastir l’Estat moderne e dubriguèt la pòrta de l’Africa e de la colonisacion.

La segonfa, es l’aplicacion d’una politica pensada, planificada, organisada per l’Estat Francés tre lo sègle XIX, qu’amira a far disparéisser la comunautat linguistica occitana e doncas nòstra nacion. Aquèu acte politic tèn lo nom d’etnocidi.

En republica Francesa, l’etnocidi es progressista. Se destruison l’Occitan, es per que siaguam toteis egaus ! C’est au nom de l’égalité, de la laïcité et contre le communautarisme qu’on détruit une culture, une langue vielle de mille ans. Qu’on aliène un peuple, qui ne sait même plus ce que signifie ses noms de familles, ou les noms de villes, des rues, des montagnes. Bref son univers proche. On bâti une histoire totalement étrangère et bien souvent mensongère aux gens d’ici.

Hollande nos disiá dins un discors que i a pas gès d’accès a la cultura, au jutjament, se om mestreja pas la lenga francesa. Vaquí un òme d’esquèrra assegurament francés. Vaquí lo colonialisme, l’imperialisme lo mai violent e immonde : aquèu que s’atifa dau progrès.

La repression linguistica, culturala, nacionala de fach, la messorga istorica son constitutius de la republica francesa, qu’es nascuda de la negacion dau fach multinacional en exagòn. Republica dominada per la borgesiá francesa que s’es afortida dins la colonisacion otramar. Siam encara dau temps de la tresena republica de Ferry, ente caliá impausar lo francés e sometre ambé la fòrça, lo pilhatge e lo chaplatge lei nacions d’Africa e d’Asia. Nòstre etnocidi en cors es pas res de mai qu’una facieta de la construccion de l’estat francés, bastit sul genocidi colonial, sus lei guerras de rapinariá imperialista e la repression de la classa obriera. Es pas res de mai qu’una facieta de l’opression e de l’imperialisme.

Mai aquò sariá pas tant grèu se « l’esquèrra », entre verguetas, aviá pas aderit volontariament o tacitament au projècte. Quin mesprés avèm recebut, nautrei defensors dei pateses arreirats. Quin agaches de pietat per aquela batèsta dins la gloriosa capitala universala dei dreches de l’òme. Anèm pas tornar en rèire ! Segur que non.

Mai vaquí, lo temps a cambiat ! La crisi mondiala dau sistemi imperialista provoca una crisi de civilisacion, una crisi identitària. França es dins la tormenta, se dislòca. E quand i a fuòc om crida lo pompier sociau-democracia, l’esquèrra torna sort lei bandièras tricolòras, la Marseillaise ! Lei musulmans vòlon trevirar nòstre biais de viure,zo !, « siam tótei Charlie », a bas la província que vòu balcanisar França ! A bas la bandièra roja, òsca lo pòple francés intercontinentau de París a Nouméa. Om crea d’enemics interiors : França, poténcia nucleara es menaçada per lo hallal a la cantina. Leei defensors dei lengas nacionalas dominadas d’agents de l’Allemanha. Res d’estonant, en fach, dins un país ente Eric Zemmour es un intellectuau.

La propaganda es poderosa, violenta, es escampada jornadièrament dins lei mèdias. E pasmens de desenaus de milierats an votat per Occitanie coma nom de region, certas sonque 1/3 de nòstra nacion mai quand mema ! Avem agut 5 grandas manifestacions de massa, 35 000 personas defilèran a Tolosa per la lenga occitana ! Sortissiam dapasson mai segurament de nòstra torpor.

Eu que consenta an aquèu etnocidi es dau costat de l’imperialisme, es dau costat de la preservacion de l’estat borgés e de la dominacion imperialista. Podem pas bastir un ostal nòu sus de fondamentas TAN poiridas, nos cau tot rasar, tornar estudiar lei plans e tornar bastir. Pas res se poira far sensa l’acceptacion que França es multinacionala e que i a una nacion occitana que ten lo drech de viure, de se desliurar e de s’auto-determinar.

Nosautrei, primiers indigenas de l’Estat francés, nomenats aitau dins leis estatuts de Pamiers en 1212, estatuts de tipe coloniau amirant a governar la societat occitana conquistada de fresc per lei franceses, tendam, una man, o puslèu nòstre ponh, ai darrièrs, o esperam, deis indigenas. Tendam nòstre ponh a tóteis aquélei que vòlon n’acabar ambé l’imperialisme francés ai quatre cantons dau monde ! de Nouméa fins au 9.3, de la Castelana a Lapwent, nos cau nos unir, nacions sens Estat, pòples jos dominacion coloniala directa, indigenas d’Exagòn e de segur lo proletariat blanc100 còps traït per lei batalaires de fièra.

I a una autra causa que partejam ambé l’immigracion coloniala : la la legitimitat plan fòrta de nostrei luchas. Nosautrei, coma pòple començèt, primier pòple d’aquesta tèrra ; e vosautrei leis indigenas coma pòple que sus son esquina s’es bastida la riquèssa d’aquèu país.

Vòle citar e parafrasar Houria Bouteldja, militanta dau Parti des Indigènes de la République, que son de camaradas ; de sòrres e fraires, e un de nòstrei sostens vertadièrament onesta, que desinteressat :

« Assumissiam la rompadura, la discòrdia, la disacordància. Gastam lo païsatge e annonciam de temps novèus. Decidissiam de pas imitar, d’inventar e de nos sorgar autra part. Nos dison 1789, respondem 25 de junh 1218, la mòrt de Simon de Montfòrt »

Oc, lei temps novèus son arribats, aguètz fisança, aguètz fe dins la justessa de nòstrei batèstas ! Tremblam pas davant l’enemic, que res es eternau, ièr Tamanrasset era la França, l’Occitània sort de sa torpor, alara rejonhatz-nos per bastir un novèu país per una novèla vida !

Òsca la nacion occitana, independenta, òsca la republica populara occitana.

Òsca lo socialisme !

Òsca Kanaky !

Òsca la lucha indigena !

A mort l’imperialisme !

 

J’aimerais poser 3 questions aux Toulousains présent ici, savez-vous que signifie Basso Cambo, Le Miralh, Esquirol, Les Trois Cocus, Empalot, Balma, Les Argoulets, etc ? qui connait Raimon Trencavel, Bernard Délicieux, Pierre de Brugère, Joan Cavalier, Pierre Grellety, Ailhaud de Volx ? Qui sap un drin la lenga nosta aquiu ? arres ?

Voilà trois questions pour démontrer l’entreprise de dénationalisation et d’aliénation que connaît notre peuple. Il y a 100 j’aurais fait ce discours totalement en occitan et tout le monde aurait compris, originaire d’ici ou d’ailleurs. Il y a 100 ans tout le monde parlait occitan.

Ce n’est pas un accident de l’histoire, une erreur, ou un bug mais le résultat de deux choses. La première c’est la conquête politico-militaire de l’Occitània par les français commencée lors de la croisade il y a 800 ans. Conquête qui a permis de bâtir l’état moderne et ouvert la porte de l’Afrique et de la colonisation.

La seconde c’est l’application d’une politique pensée, planifiée, organisée par l’État français, depuis le XIXe siècle, qui vise à faire disparaître la communauté linguistique occitane et donc notre nation. C’est acte politique porte un nom, cela s’appelle un ethnocide.

En république française, l’ethnocide est progressiste. On détruit l’occitan pour que nous soyons tous égaux ! C’est au nom de l’égalité, de la laïcité et contre le communautarisme qu’on détruit une culture, une langue vielle de mille ans. Qu’on aliène un peuple, qui ne sait même plus ce que signifie ses noms de familles, ou les noms de villes, des rues, des montagnes. Bref son univers proche. On bâti une histoire totalement étrangère et bien souvent mensongère aux gens d’ici.

Hollande dans un discours nous disait qu’ il n’y a pas d’accès à la culture, au jugement, si on ne maîtrise pas le français. Voilà un homme de gauche assurément français. Voilà le colonialisme, l’impérialisme le plus violent et immonde : celui qui se pare du progrès.

La répression linguistique, culturelle, nationale de fait, le mensonge historique est constitutif de la république française, car elle est née sur la négation du fait multinational de l’Hexagone. République dominée par la bourgeoisie française qui s’est fortifiée dans la colonisation outre-mer. Nous sommes toujours au temps de la 3e république de Ferry, ou il fallait imposer le français et soumettre par la force, le pillage, les massacres, les nations d’Afrique et d’Asie. Notre ethnocide en cours n’est qu’une facette de la construction de l’État français, bâti sur le génocide colonial, sur les guerres de rapines impérialistes et la répression de la classe ouvrière. Il n’est qu’une facette de l’oppression et de l’impérialisme

Mais tout cela ne serait pas grave si la « gauche », et j’y mets des guillemets, n’avait pas adhéré volontairement ou tacitement au projet. Que de mépris nous avons reçu, nous défenseurs des patois arriérés. Que de regards de pitié pour ce combat dans la glorieuse capitale universelle des droits de l’homme. On ne va pas tout de même revenir en arrière ! Non assurément pas.

Mais voilà les temps changent ! La crise mondiale du système impérialiste provoque une crise de civilisation, une crise identitaire. La France est dans la tourmente, elle se disloque. Et quand il y a le feu on appelle le pompier social-démocratie, la gauche ressort les drapeaux tricolores, la Marseillaise ! Vite les musulmans veulent bouleverser notre mode de vie, « nous sommes tous Charlie », à bas la province qui veut balkaniser la France ! A bas le drapeau rouge, vive le peuple français intercontinental de Paris à Nouméa. On crée des ennemis intérieurs : La France puissance nucléaire est menacé par le hallal a la cantine. Les défenseurs des langues nationales dominées sont des agents de l’Allemagne. Rien d’étonnant, en fait, dans un pays où Eric Zemmour est un intellectuel.

La propagande est puissante, violente, elle est déversée quotidiennement dans les médias. Et pourtant des dizaines de milliers de gens ont voté pour Occitanie comme nom de région, certes seulement 1/3 de notre nation mais quand même ! Nous avons eu 5 grandes manifestations de masse, 35 000 personnes ont défilé à Tolosa pour la langue occitane ! Nous sortons lentement mais sûrement de notre torpeur.

Qui accepte cet ethnocide est du côté de l’oppression nationale, est du côté de la préservation de l’état bourgeois et de la domination impérialiste. Nous ne pouvons construire une nouvelle maison sur des fondations AUSSI pourries, il faut tout raser, réétudier les plans et rebâtir. Rien ne pourra se faire sans l’acceptation que la France est multinationale et qu’il y a une nation occitane qui a le droit de vivre, de s’émanciper, de s’autodéterminer.

Nous, premiers indigènes des français, nommés comme cela dans les statuts de Pamiers en 1212, statuts de type colonial visant à régir la société occitane fraîchement conquise par les français, nous tendons, une main, ou plutôt notre poing, aux derniers, nous l’espérons, des indigènes. Nous tendons notre poing à tous ceux et celles qui veulent en finir avec l’impérialisme français aux 4 coins du monde ! de Nouméa au 9.3, de la Castelana à Pointe-à-Pitre, nous devons nous unir, nations sans État, peuples sous domination coloniale directe, indigènes d’Hexagone et bien sûr le prolétariat blanc100 fois trahi par les bateleurs de foire.

Il y a une autre chose que nous partageons avec l’immigration coloniale : la légitimé très forte de nos luttes. Nous, comme pòple començèt, peuple premier de cette terre ; et vous les indigènes comme peuple sur le dos duquel s’est bâtie la richesse de ce pays.

Je voudrais citer et paraphraser Houria Bouteldja, militante du Parti des Indigènes de la République, des camarades ; des sœurs et des frères, et un de nos vrais soutiens honnêtes, car désintéressé :

« Assumons la rupture, la discorde, la discordance. Gâchons le paysage et annonçons des temps nouveaux. Décidons de ne pas imiter, d’inventer et de nous sourcer ailleurs. Ils nous disent 1789, répondons 25 juin 1218, la mort de Simon de Montfort »

Oui les temps nouveaux sont arrivés, aillez confiance, aillez fois dans la justesse de nos combats ! Ne tremblons pas devant l’ennemi car rien n’était éternel, hier Tamanrasset c’était la France, l’Occitanie sort de sa torpeur, alors rejoignez-nous pour bâtir un nouveau pays pour un nouvelle vie ! vive la nation occitane, indépendante, vive la république populaire occitane. Vive le socialisme !Vive Kanaky ! vive la lutte indigène ! A mort l’impérialisme !

J’aimerais poser 3 questions aux Toulousains présent ici, savez-vous que signifie Basso Cambo, Le Miralh, Esquirol, Les Trois Cocus, Empalot, Balma, Les Argoulets, etc ? qui connait Raimon Trencavel, Bernard Délicieux, Pierre de Brugère, Joan Cavalier, Pierre Grellety, Ailhaud de Volx ? Qui sap un drin la lenga nosta aquiu ? arres ?

Òsca la nacion occitana, independenta, òsca la republica populara occitana.

Òsca lo socialisme !

Òsca Kanaky !

Òsca la lucha indigena !

A mort l’imperialisme !

 

Le 4 novembre prochain les habitants de Kanaky iront voter pour un referendum qui déterminera si leur pays deviendra un nouvel état indépendant. Soyons clairs, les dés sont pipés : Kanaky est une colonie de peuplement où le peuple kanak est devenu minoritaire. L’impérialisme français a de plus beaucoup à perdre, en effet l’île détient entre 20 % et 40 % des réserves mondiales connues de nickel et elle augmente sa zone économique exclusive (ZEE) de 1.5 millions de km2. C’est donc un pivot de l’impérialisme français dans le Pacifique. Tout porte à croire que ce référendum existe donc pour être perdu. Nous ne croyons plus à l’humanisme de la république depuis longtemps. Quoi qu’il en soit, nous ne prendrons pas parti dans la stratégie des organisations indépendantistes kanaks, nous n’en avons pas la prétention, nous tenons plutôt à apprendre de leurs luttes.

Nous sommes ici pour affirmer que Kanaky doit être indépendante, c’est un droit inaliénable. L’État français doit quitter le pacifique et toutes les régions du monde. Nous sommes ici pour affirmer notre soutien sincère et plein aux masses kanaks en lutte. Nous tenons à saluer ce peuple millénaire qui n’a jamais cessé de lutter avec dignité contre le colonialisme, la barbarie et l’impérialisme. Les événements de la grotte d’Ouvéa ont montré le vrai visage de la République, celle d’un système qui n’hésite pas à torturer et massacrer pour maintenir son pouvoir.

Il devrait avoir des dizaines de rassemblement dans tout l’État français pour réclamer l’indépendance, mais la gauche ne s’est pas ou peu mobilisée. Elle ne veut pas s’attaquer au pré carré français, ne pas toucher à l’impérialisme, pire elle le défend. La vérité c’est qu’elle en ramasse les miettes, et peu importe que tout cela provienne de pillage de masse des pays dominés.

Nous voulons dire à tous nos camarades kanaks que nous soutenons et soutiendrons toujours leur combat quel que soit le chemin qu’il prendra, et aussi leur dire que nos portes leur seront toujours ouvertes, s’il en est besoin.

Leis estatjants de Kanaky anaràn votar lo quatre de novembre que vèn dins un referendom que determinarà se lor país serà un estat independent. Cau tirar au clar, lei dats son trucats : Kanaky es una colonia de poplament ente lo pòple Kanak es vengut minoritari. De mai, l’estat francés a fòrça de perdre, d’efièch, l’iscla contèn entre 20 % e 40 % dei reservas conegudas de niquèl e aumenta sa zòna economica esclusiva (ZEE) de 1.5 milions de km2. Adoncas, es un ais de l’imperialisme francés dins lo Pacific. Tot daissa pensar qu’aquèu referendom exista sonque per èsser perdut. Fa fòrça temps que cresem pas pus a l’umanisme de la Republica. Quau que siague, n’avem pas la pretencion de prendre part dins l’estrategia deis organisacions independentistas Kanaks, volem puslèu apréner de lors luchas.

Siam aquí per afortir que Kanaky dèu èsser independenta, es un drech inalienabla. L’Estat francés dèu se retirar dau Pacific, e de cada region dau monde. Siam aquí per afortir nòstre plèn e franc sostèn ai massas Kanak que luchan. Tenem a saludar aquèu pòple milenari que jamai an arrestat de luchar ambé dignitat contra lo colonialisme, la barbariá e l’imperialisme. Leis eveniments de la cròta d’Ouvéa mostrèran la vertadièra cara de la Republica, aquesta d’un sistèmi qui trantalha pas de torturar e chaplar per mantenir son poder.

Deuriá i aver de desenaus d’acampaments dins l’Estat francés pour reclamar l’independéncia, mai l’esquèrra s’es pas o pauc mobilisada. Vòu pas s’atacar au prat carrat francés, pas tocar a l’imperialisme, pièger, o defend. La vertat es que ne rabalha lei brigas, e basta ben se tot aquò vèn dau pilhatge massiu deis païses dominats.

Volem dire a nòstrei camaradas Kanaks que sostenem e sostendrem sempre lor batèsta quau que siague lo camin que prendrà, e tamben lor dire que nòstrei pòrtas lor seràn totjorn dubèrtas se an mestièr.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :